• Dans la mythologie islandaise, les Landvættir sont les «esprits de la terre» et vivent dans les rochers.

    Dans la forêt ou au bord des rivières, dans des lieux chargés-habités d'une forme de mémoire, (mégalithes, grottes), je me sens "reliée" aux forces de vie et aux mémoires de l'Univers. Je m'entraîne aux pratiques énergétiques pour entrer en résonance avec ce qui m'entoure et explorer les mondes vibratoires.

    Mon corps-cerveau devient sismographe et entre en résonance avec l'autour sans limites pré-définies, où chaque trappe quantique ouvre sur ni lieu ni temps: j'y guette les flux invisibles et les passages où me faufiler dans l'infime ou l'infini. 

    Ma proposition est d'en restituer les transes poétiques, en utilisant les matières les plus naturelles et récupérées possibles (terres récoltées, brou de Noix, végétaux, oeuf, farine ...), le plan du papier ou de la toile devenant élévateur spatio-temporel-membrane entre les champs vibratoires et les mémoires et (in)consciences flottantes.

    Je revisite ainsi les repères normatifs de lecture de la réalité dite objective, en collectionnant les "hasards" confondants. Et entre palpable et non palpable, tactile-sensible et virtuel, je me questionne sur les différentes facettes d'une réalité perçue et sur l'amalgame réalité-vérité.


    Ainsi se rejoignent les deux grands principes de l'unification du vivant à l'univers : Terre-Ciel.

     


    Tags Tags : , , , , , ,