• Pendant sa transe poétique, l'artiste devient capteur sismographe, perçoit les mondes invisibles et retranscrit les pulsations de l'univers. Ma quête est d'infuser ces mondes et de revisiter les repères normatifs de lecture de la réalité objective.

    Voyages réels ou imaginaires en Asie et en Océanie, quatre ans au bord des Ardennes, chemins reliant à l'énergie de vie, aux Esprits de la Nature, à une forme de "mémoire"... Le corps devient capteur et entre en résonance avec l'univers, dans un fouillis animal, minéral et végétal : ni lieux ni temps, guettant le flux de "vie invisible" et les instants de passage où se faufiler dans l'infime ou l'infini. Le plan du papier, de la toile, devient membrane projection entre deux champs vibratoires ...






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires