•  

     Dans la mythologie islandaise, les Landvættir sont les «esprits de la terre» et vivent dans les rochers.

    Dans la forêt ou au bord des rivières, dans des lieux chargés-habités d'une forme de mémoire universelle, (mégalithes, grottes), je me sens "reliée" aux forces de vie.

    A travers les pratiques énergétiques, les voyages réels ou imaginaires en Asie et en Océanie, les fragments de vie dans la forêt, entre lunaisons, solstices et équinoxes, j'explore la vie subtile des mondes vibratoires en peignant avec de la terre poussière d'étoiles et des matériaux naturels glanés.

    Le corps-sismographe entre «en résonance avec» sans limites pré-définies : chaque trappe quantique ouvre sur ni lieu ni temps, et les flux et instants de passage esquissent une faille vers l'infime ou l'infini. Le plan du papier ou de la toile devient membrane entre deux champs vibratoires, là où les repères normatifs de la réalité objective éclatent en "hasards" confondants.
    Ainsi se rejoignent les deux grands principes de l'unification du vivant à l'univers : Terre-Ciel.

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique