• A travers les pratiques énergétiques, les voyages réels ou imaginaires en Asie et en Océanie, les fragments de vie dans la forêt, entre lunaisons, solstices et équinoxes, j'explore la vie subtile des mondes vibratoires en peignant avec de la terre poussière d'étoiles et des matériaux glanés (papiers usagés, terres, médiums naturels).

    Le corps-sismographe entre « en résonance avec » sans limites pré-définies : chaque trappe quantique ouvre sur ni lieu ni temps. Flux et instants de passage ouvrent une faille vers l'infime ou l'infini. Le plan du papier ou de la toile devient membrane projection entre deux champs vibratoires, là où les repères normatifs de la réalité objective éclatent en "hasards" confondants.

     


  • Dans la mythologie islandaise, les Landvættir sont les «esprits de la terre» et vivent dans les rochers.

    Dans la forêt ou au bord des rivières, dans des lieux chargés-habités d'une forme de mémoire, (mégalithes, grottes), je me sens "reliée" aux forces de vie et aux mémoires de l'Univers. Je m'entraîne aux pratiques énergétiques pour entrer en résonance avec ce qui m'entoure et explorer les mondes vibratoires.

    Mon corps-cerveau devient sismographe et entre en résonance avec l'autour sans limites pré-définies, où chaque trappe quantique ouvre sur ni lieu ni temps: j'y guette les flux invisibles et les passages où me faufiler dans l'infime ou l'infini. 

    Ma proposition est d'en restituer les transes poétiques, en utilisant les matières les plus naturelles et récupérées possibles (terres récoltées, brou de Noix, végétaux, oeuf, farine ...), le plan du papier ou de la toile devenant élévateur spatio-temporel-membrane entre les champs vibratoires et les mémoires et (in)consciences flottantes.

    Je revisite ainsi les repères normatifs de lecture de la réalité dite objective, en collectionnant les "hasards" confondants. Et entre palpable et non palpable, tactile-sensible et virtuel, je me questionne sur les différentes facettes d'une réalité perçue et sur l'amalgame réalité-vérité.


    Ainsi se rejoignent les deux grands principes de l'unification du vivant à l'univers : Terre-Ciel.

     


  • Pendant sa transe poétique, l'artiste devient capteur sismographe, perçoit les mondes invisibles et retranscrit les pulsations de l'univers. Ma quête est d'infuser ces mondes et de revisiter les repères normatifs de lecture de la réalité objective.

    Voyages réels ou imaginaires en Asie et en Océanie, quatre ans au bord des Ardennes, chemins reliant à l'énergie de vie, aux Esprits de la Nature, à une forme de "mémoire"... Le corps devient capteur et entre en résonance avec l'univers, dans un fouillis animal, minéral et végétal : ni lieux ni temps, guettant le flux de "vie invisible" et les instants de passage où se faufiler dans l'infime ou l'infini. Le plan du papier, de la toile, devient membrane projection entre deux champs vibratoires ...


  •  

    « Des études d'histoire de l'art et d'archéologie, de biologie et de tissage me mènent vers les peuples archaïques ayant (eu?) des modes de vie et des croyances proches de la Nature.

     

    Ma première peinture fut instinctive et consista à frotter de la terre locale et de l'eau en un malaxage circulaire sur une grande feuille de papier refabriqué, au centre de laquelle, en une sorte de transe, je me déplaçais pieds nus.

     

    Plus tard, accroupie devant une grande pierre plate et galet au poing, je redécouvre le broyage ancestral de la terre rouge du bout du monde: préparation des pigments et réinvention de l'ascenseur géo-temporel.

     

    Parfois je m'enduis de terre et peins avec mon corps. Et pendant la Lune, l'orage ou la neige, les sphères telluriques et cosmiques imprégnent ma toile étalée dans la terre ou dans l'herbe.

    Une évidence s'impose: cheminer avec les Eléments.

     

    Et une constante s'installe: limiter la pollution provoquée en vivant, et en créant.

    Mes expérimentations visent à dépasser les gestes picturaux codifiés pour transformer mon corps en sismographe grâce aux pratiques énergétiques et de concentration-méditation. Être en osmose avec l'autour et son au-delà inclue la conscientisation d'être "moment" du présent collectif: jusqu'où sommes-nous vraiment auteur ?

    Corps-esprit véhicule, capte les flux de territoires non-limites et les traduit en traces picturales engendrées par les formes de mémoires inconscientes. La résultante ne nous appartient pas; nous sommes des passeurs de poussières et de mémoires:

    car tout, absolument tout, semble vibratoire et transmis.»

     


  • Après l'aventure du Silex

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Se relier aux énergies du vivant, de l'Inconscient collectif et de l'Histoire de l'Humanité et de l'Univers.

    Car nous sommes reliés à tout ce qui est.

     

     


  • La tache noire, le raturage, le magma, le chaos : 


    Dépasser l'écriture du geste codifié pour détecter la vibration intérieure, archaïque, primitive, antérieure à toute forme de culture :  découvrir le chant de nos organes ou de nos cellules, le grouillement de la terre, le scintillement tactile des étoiles dont nous sommes les descendants atomiques.

    De préférence :
    - peindre en direct avec les mains, parfois les pieds et le corps entier enduit de terre
    - employer les matériaux les moins polluants possible (terre, boue, houille, baies sauvages, noix tombées de l'arbre...)
    - utiliser des supports de récupération, ou refabriqués (papiers-carapaces, papiers-peaux, papiers-chrysalides). 

    Je re-deviens la Noix, le Feu, le Bois, la Terre.

     

    Les dessins-recherches graphiques sur la vibration et l'énergie

    Les vibrations des sons naturels (le souffle du vent, l'eau qui coule, la corde frottée du violoncelle...) ou industriels entrent en résonnance avec le corps, les organes, les cellules. Alors le poignet avec le crayon deviennent sismographe et retranscrivent les pulsations, les frémissements...

    voir ici

    et ici

    Gravure, dessin 

    Quand on dessine, il existe des instants de passage où se faufiler dans l'infime ou l'infini. Le plan du papier est membrane entre des champs de vibrations différentes: passer de l'autre côté. Ma main condense les vibrations, s'accorde au flux...
    Plongée dans le vide, transe avec la pulsation cosmique.

    voir ici

     

    Et aussi :

    Antoni Tapiès dit dans L'art contre l'esthétique : "L'artiste a droit à toutes sortes d'illusions, de fabulations, de mythes... pour atteindre son but."

     

    > Se réinventer
    Un des rôles de l'artiste est d'apporter son rêve au monde. Il devient alors capteur sismographe, reçoit les transes poétiques, perçoit les mondes invisibles et retranscrit les pulsations de l'univers. Ma quête est d'infuser ces mondes et de revisiter les repères normatifs de lecture de la réalité objective. Le monde tangible n'est pas le seul visitable, et nous sommes potentiellement aptes à entrer en relation avec d'autres dimensions, dont l'accès nous est actuellement parasité ou filtré par les cultures de pouvoirs.

    Voyages réels ou imaginaires sac au dos en Asie et en Océanie, quatre ans au bord des Ardennes, m'ont amenée à explorer des chemins qui relient à l'énergie de vie et à l'Esprit des Hommes-Natures.
    Le corps devient capteur et entre en résonnance avec l'univers.
    Le mien se déploie dans un fouillis minéral et végétal peuplé : ni lieux ni temps, je guette le flux de "vie invisible".

    Le déconditionnement aux habitudes, éducations, cultures, acquis, le décodage de l'inconscient, les pratiques énergétiques afin de mieux dialoguer avec le nature font partie de cette mise en oeuvre.

     > Le "jeu" du «polluer le moins possible»
    Le "jeu" du «polluer le moins possible» a commencé, prise de conscience, constat indissociable de modes de vie à réinventer. Nous venons tous de la Terre, nous dépendons complètement d'elle, nous ne vivons que si elle est vivante.

    Se pose (je propose) la question de la consommation d'impulsion, ses impasses et ses pièges." 

     

     

    questionnements antérieurs :

    ici





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique